top of page

2021

En mémoire d'Iparragirre

Iparragirre_Astigarrag
ERAGIYOK Abesbatza Astigarragan 1.jpg

Erribera kulturgunea (Astigarraga) - 30/01/2021, 19:00

Agur zaharra (S. Salaberri) //  Ave, Maria (J. Guridi) // Iru Errege (J. Guridi) // Goizeko izarra (J. J. Santesteban) // Saratarra (J. M. Glez. Bastida) // San Juan zortzikoa (E. Mocoroa) // Maite, eguzki eder (P. Sorozabal) // Euskalerria (P. Sorozabal) // Iparragirreren lau abesti (J. A. Santesteban): Kantari euskalduna - Nere maitiarentzat - Nere amak baleki - Adio Euskalerriari // Ara nun diran (J. M. Glez. Bastida) // Zugana, Manuela (T. Garbizu) // Nere maitiarentzat (J. J. Santesteban) // CHANTON PIPERRI: Escena e himno final (B. Zapirain) // Aurtxoa seaskan (G. Olaizola) // Gernikako arbola (E. Gorosarri)

Pianiste: Ignacio Arakistain

ERAGIYOK a démarré l'année 2021 par un concert à Erribera kulturgunea. C'était la première fois qu'ERAGIYOK se produisait en solo dans le nouvel auditorium d'Astigarraga, après avoir participé quelques mois plus tôt à l'inauguration avec d'autres groupes locaux. 

La représentation était prévue pour le mois de décembre, mais les restrictions imposées aux chœurs par le covid-19 l'ont retardée. Cependant, le concert n'a pas pu se dérouler dans des conditions normales en raison, entre autres, des restrictions de mobilité qui prévalaient à cette date et qui empêchaient les habitants d'autres villes qu'Astigarraga de venir au concert.

Dans la première partie, la musique sacrée basque et le folklore ont alterné, avec des œuvres qui n'avaient jamais été interprétées par ERAGIYOK à Astigarraga jusqu'alors. Parmi celles-ci, il convient de souligner Iru Errege de Jesús Guridi, la mélodie qu'il a adaptée pour les voix d’hommes, une pièce merveilleuse qui combine les caractéristiques des chants de Noël et de la musique sacrée.

Ce premier bloc s'est terminé par deux chansons de Pablo Sorozabal, Maite, eguzki eder et Euskalerria. Elles ont servi de lien à l'hommage rendu à José María Iparragirre, car elles abordent deux thèmes sur lesquels le musicien a travaillé : les femmes et le Pays Basque. 

En 2020, le 200e anniversaire de la naissance du chanteur a été célébré et ERAGIYOK a voulu se souvenir de sa vie et de ses chansons, avec des arrangements réalisés par différents compositeurs. Ils ont commencé par Iparragirreren lau abesti, où quatre passages de la vie du barde ont été recréés dans la voix de quatre solistes, avec l'accompagnement au piano d'Ignacio Arakistain. Ces quatre séquences ont été suivies par les trois dernières chansons du programme.

Enfin, le public a écouté la scène finale de l'opéra basque Chanton Piperri. Dans cette scène, qui proclame la fraternité entre les basques, Mikel Zapiain (Chanton Piperri), Ramon Santxez (Lazkano) et Iñaki Calleja (Berastegui) ont joué les solistes, laissant place à l'hymne final de l'œuvre, Euskalerriko semiak gera

Au moment des rappels, un doux Aurtxoa seaskan a permis de faire baisser le rythme cardiaque avant de terminer, comme il ne pouvait en être autrement, par l'hymne en forme de zortziko qu'Iparragirre a laissé aux basques, Gernikako arbola

Iparragirreren lau abesti

Le barde d'Urretxu a eu une vie pleine de hauts et de bas, comme le montre la suite qui retrace quatre moments de sa vie.

Après s'être senti vaincu à l'issue de la Première Guerre Carliste, Iparraguirre a parcouru l'Europe avec pour seule compagnie une vieille guitare. Markel Azkue a raconté les expériences de ce jeune homme. 

Puis ce fut le tour de l'Iparragirre amoureux. Les femmes occupent une place privilégiée dans son catalogue d'œuvres, et l'une d'entre elles s'est fait entendre dans la voix de Ramon Santxez, qui a raconté sa rencontre avec une belle jeune femme à Saint-Sébastien (Ume eder bat ou Nere maitiarentzat).  

Avant d'être banni du Pays Basque, Iparragirre écrivit à nouveau des vers pleins d'amertume dans son cachot ; Antonio Calleja les chanta avec ardeur dans Nere amak baleki.  

Enfin, les adieux d'un Iparragirre qui quitte Euskal Herria avec l'espoir d'y revenir bientôt, Adio Euskalerriari dans la voix de Mikel Zapiain. Il faudra attendre 17 ans pour qu'il revienne.

Vainqueurs au FICC de Barcelone !

FICC
ERAGIYOK ASOn 01.jpg

56e Festival Internacional de Cant Coral de Barcelona

La Fédération Catalane des Entités Chorales (FCEC) a déclaré ERAGIYOK vainqueur du Festival international de Cant Coral (FICC) dans la catégorie des voix égales, dans ce qui a été le deuxième prix du chœur, après avoir remporté le concours provincial de chants de Noël à Errenteria en 2018.

Le covid-19 a frappé sans pitié tous les secteurs de la société, affectant la situation sanitaire et la vie quotidienne, et les chorales ont été les témoins directs de cette dernière circonstance, puisque leur activité a été sévèrement limitée, voire interdite.

Dans ce contexte, de nombreux festivals, concours et rencontres organisés annuellement ont été suspendus ou ont dû changer de format en 2020 et 2021. C'est ce qui s'est passé avec le FICC. L'événement organisé chaque année par la FCEC a annoncé un format spécial pour l'édition 2021, optant pour un cycle in situ avec des chorales locales et un concours international de vidéo télématique.

Chacun des participants au concours devait choisir et soumettre deux chansons interprétées au cours des deux années précédentes : une de musique sacrée et une correspondant au folklore de chaque pays. ERAGIYOK s'est inscrit dans la catégorie des voix égales et a sélectionné pour l'occasion deux œuvres chantées au festival Antxon Sierra Oroituz de Donostia : Agur, Maria de Pascual Aldave et Ara nun diran de José María González Bastida.

Parmi tous les groupes participants, le jury a déclaré trois chœurs finalistes dans cette catégorie. ERAGIYOK a donc affronté en finale deux chœurs de voix blanches : Female Choir Lepos de Lituanie (O salutaris hostia de Donatas Zakaras et Bijunélis de Gedimino Kalino) et Béla Bartók Female Choir de Hongrie (Salve, Regina de Miklós Kocsár et Ének Szent István királyhoz de Zoltan Kodály).

 

Le festival s'est déroulé du 5 au 11 juillet et durant cette semaine, les vidéos des participants ont été diffusées sur la chaîne Youtube de la Fédération. À la fin du festival, le jury composé de cinq membres (Andrea Angelinini, Bernat Vivancos, Daniel Mestre, Maria Guinand et Montserrat Ríos) a proclamé les lauréats de chaque catégorie lors d'une retransmission en direct sur Youtube.

 

Un autre chœur basque, Ganbara Abesbatza, s'est qualifié pour la journée finale dans la catégorie des voix mixtes. Le groupe d'Oñati a remporté le prix de la meilleure interprétation d'une œuvre composée ou arrangée par un musicien catalan, avec Salve, Regina de Josep Vila i Casanas.

Musikaste 49

Musikaste
ERAGIYOK Musikaste 49.jpg

49e Semaine de la Musique Basque 'Musikaste' - Lekuona Fabrika (Errenteria) - 22/10/2022, 19:00

ERAGIYOK: Pequeña suite vasca (T. Aragüés Bayarte): Ene emaztea - Joan nintzen Ainoara // Oi lore maitea (T. Aragüés Bernad) // Alkar-izketan (L. Aramburu). Chef de chœur: Eneko Amundarain

DONOSTI ERESKI ABESBATZA: Bone Pastor (D. Azurza) // Nere herriko neskatza maite (J. Aizpuru) // Itsasoa gara (X. Sarasola) // Zure magalera (E. Ugalde). Chef de chœur: Jon Aizpuru, Jokin Otamendi

LANDARBARSO ABESBATZA: Mare nostrum (J. Elberdin) // Zoriontasun hitzak (L. Jekabsone) // Txoria Txori (M. Bautista). Chef de chœur: Iñaki Tolaretxipi

ANDRA MARI ABESBATZA: Orain berrogei urte (I. Casalí) // Adiyo probintziya (J. Elberdin) // Hiru euskal doinu (X. Sarasola). Chef de chœur: Andoni Sierra

 

TOUS ENSEMBLE: Euskal musikaren gorespena (J. Uruñuela)

Au cours d'une semaine de neuf concerts entre le 15 et le 23 octobre, l'auditorium de Lekuona Fabrika a accueilli pour la première fois la journée des chœurs au festival Musikaste. 

Les chanteurs et le public étaient impatients de découvrir les caractéristiques de la nouvelle installation d'Errrenteria. L'auditorium était presque plein à craquer avec 150 chanteurs et plus de 400 spectateurs. Les tests sonores effectués avant le concert ont permis de dissiper tous les doutes : il s'agissait d'une scène exigeante, car un espace aussi ouvert met les choristes à l'épreuve. 

Dans l'ordre prévu, ERAGIYOK a été le premier à monter sur scène, ainsi que le seul groupe à se produire a cappella, sans accompagnement instrumental. Les deux premières chansons étaient des œuvres des compositeurs de la famille Aragüés, père et fils : Pequeña suite vasca et Oi lore maitea. Ces deux œuvres avaient été interprétées pour la première fois lors du concert de la Saint-Ignace à Astigarraga, et le travail réalisé entre cette date et l'événement Musikaste était remarquable.

Leur dernière œuvre était Alkar-izketan de Luis Aramburu, une œuvre très rarement programmée et à laquelle ERAGIYOK a donné la première version qu'elle méritait.

Ensuite, Donosti Ereski a reçu un hommage de Musikaste à l'occasion de son 50ème anniversaire. Outre les adaptations de deux thèmes connus de Benito Lertxundi et Ken Zazpi, on a pu entendre Bone Pastor de David Azurza (avec María Martín comme soliste) et la première de l'œuvre d'Eva Ugalde, Zure magalera.

Landarbaso a offert une prestation variée. Leurs voix ont été rejointes par le violon, l'accordéon et deux dantzaris d'Oinkari dans Zoriontasun hitzak, qui a été le morceau le plus applaudi de leur prestation.

Andra Mari Abesbatza a pris le dernier tour. Ils ont commencé par deux versions de deux groupes de vers, l'un dédié à'Errenteria (Orain berrogei urte) et l'autre à Guipuscoa (Adiyo probintziya), pour terminer avec Hiru euskal doinu de Xabier Sarasola.

Alors qu'il était initialement prévu que chaque chœur quittât l'auditorium après sa prestation, l'assouplissement des mesures restrictives du covid a permis d'organiser un final commun. Avec Andra Mari Abesbatza toujours sur scène et le reste des chœurs depuis les stalles, ils ont tous chanté ensemble l'hymne d'Eresbil, Euskal musikaren gorespena, comme ils le font depuis la fin des années 80. Une fin passionnante pour ce grand festival des chœurs.

Centenaire de Salbatore Deuna Abesbatza

Salbatore_Deuna
ERAGIYOK Getarian 07.jpg

Cycle Musika Parrokian - Église Saint-Sauveur (Getaria) - 27/11/2021, 20:30

Xto zmolknul viezie glaz? (P. Tchaikovsky) // Maite-mina (J. M. Glez. Bastida) // Elurra (S. Jaroff) // Vechernij zvon (S. Jaroff) // Ey, ukhnem! (S. Jaroff) // Agur, Maria (P. Aldave) // Illunabarra (R. Sarriegi) // Zugana, Manuela (T. Garbizu) // Kitolis (L. Aramburu) // Maitasun atsekabea (J. Guridi) // Kanta berri (P. Sorozabal) // Aurtxoa seaskan (G. Olaizola) // Saratarra (J. M. Glez. Bastida) // Boga, boga (J. Guridi) // Gora Elkano! (G. Landazabal)

100 ans, ce n'est pas tous les jours, et Salbatore Deuna Abesbatza a célébré cet heureux anniversaire avec un grand cycle choral auquel ERAGIYOK était invité. L'affection du public réuni dans l'église de San Salvador a donné lieu à l'un des concerts les plus émouvants de l'année.

Après avoir reporté les célébrations à 2021, les membres de la chorale ont lancé diverses activités : publication d'un livre sur l'histoire du centenaire, sortie d'un disque et organisation du cycle Musika Parrokian en novembre et décembre. Pour ce dernier, ils ont invité plusieurs chœurs du Pays Basque pour compléter un plateau de renom. 

Musique russe

En ce qui concerne la prestation d'ERAGIYOK, la principale nouveauté a été la première partie du concert. L'attente suscitée par les chansons russes au Pays Basque est bien connue. Certaines d'entre elles ont été adaptées en basque, comme Elurra et Maite-mina, qui faisaient déjà partie du répertoire du chœur. 

D'autres, en revanche, ont été interprétées pour la première fois dans leur langue d'origine. Parmi elles, Vechernij zvon (Cloches du soir), la chanson nostalgique d'un fils qui a quitté sa patrie, et Ey, ukhnem ! (Les bateliers de la Volga). Cette dernière a vu les débuts d'un nouveau soliste dans le chœur, le basse Andoni Rodríguez. 

L'émotion au service du passé et du présent 

La deuxième partie était consacrée à la musique basque, et Kitolis a été l'un des moments les plus marquants de la soirée. Le chœur a fait preuve d'un double souvenir, comme cela se produit dans l'œuvre elle-même. D'une part, ils ont rendu hommage à Andoni Galarraga, décédé lors d'un accident de travail, et d'autre part, ils ont évoqué les grandes victoires du bateau local Esperantza en 2021, ce qui est plus festif. 

Une fois le programme officiel terminé, l'heure était à l'échange de souvenirs. Salbatore Deuna Abesbatza a offert à ERAGIYOK le livre du centenaire et une magnifique txapela commémorative brodée. ERAGIYOK lui a rendu la pareille en lui offrant une sculpture en bois sur laquelle on pouvait lire : "Que votre musique et vos chants nous accompagnent pendant encore cent ans".

À la fin des rappels, ils se sont souvenus d'une des chanteurs les plus célèbres de la ville , Pepita Embil. Dans sa jeunesse, elle a chanté dans Salbatore Deuna Abesbatza, et sa carrière s'est poursuivie dans le chœur d'Eresoinka, avant d'entamer une vie de soliste couronnée de succès. C'est avec sa voix qu'Aurtxoa seaskan a été entendue pour la première fois à Paris, et son souvenir ainsi que la douceur de la berceuse ont enthousiasmé le public. 

Gora Elkano !

A Getaria, le concert ne pouvait se terminer autrement que par Gora Elkano de Landazabal. La chanson chantée solennellement par le chœur a suscité les applaudissements du public debout, un final inégalable pour un concert qui restera dans nos mémoires !

Soirée otxotes à Cambo

Ochote_Cambo
ERAGIYOK Kanbo 01.jpg

Soirée otxotes - Église Saint-Laurent (Cambo-les-Bains) - 15/10/2021, 21:00

ENARA OTXOTEA: Euskal lurreko (G. Lerchundi) // Nere maite polita (Populaire) // Luna Tucumana (A. Yupanqui) // Izar ederrak (J. Elberdin) // Bring me little water, Silvy (H. W. Ledbetter) // Fandango - Arinarin (Populaire). Chef de chœur: Jordi Freixa

ERAGIYOK: Otche Nash (N. Kedrov) // Otoya (M. Moreno) // Kitolis (L. Aramburu) // Maitasun atsekabea (J. Guridi) // Saratarra (J. M. Glez. Bastida) // Kanta berri (P. Sorozabal). Chef de chœur: Eneko Amundarain

KARNABA OTXOTEA: Ay, nere kabiya! (P. Sorozabal) // Ezpondan (J. Elberdin) // Souliko (J. M. Glez. Bastida) // Ürzo luma (P. Sorozabal) // Oh, Pepita (A. Müller) // Axuri beltza (J. Busto). Chef de chœur: Sergio Zapirain

TOUS ENSEMBLE: Agur, jaunak (Populaire)

Nous étions impatients de retrouver les otxotes à Cambo ! Après deux ans d'interruption, l'église Saint-Laurent était pleine à craquer. 

Pour commencer la soirée, Jordi Freixa, directeur d'Otxote Enara et conseiller artistique du festival, a remercié les groupes pour leurs efforts visant à mettre fin à l'interruption du festival.

Son message initial a cédé la place à Otxote Enara, qui a proposé un répertoire varié. Peut-être parce qu'il s'agit de chansons moins entendues dans le répertoire des otxotes, il était beau d'entendre l'adaptation de Luna Tucumana, du grand musicien argentin Atahualpa Yupanqui, ainsi que le spirituel Bring me little water, Sylvie de Ledbetter.

Puis ce fut le tour d'ERAGIYOK. Libérés du masque pour la première fois depuis longtemps, et profitant de l'acoustique du temple, ils ont présenté un programme de haut niveau. L'ensemble du spectacle a été très bien accueilli, mais deux moments se sont distingués.

Dans Kitolis, l'histoire tragique du protagoniste a convergé avec l'émotion du zortziko et de l'ezpatadantza chantés et dansés par les gens lors des fêtes. Leur interprétation a suscité une réaction passionnée de la part du public ; le chœur dans son ensemble, et les solistes Markel Azkue et Antonio Calleja en particulier, ont été ovationnés.

L'apothéose a été atteinte avec Kanta berri. Cette "chanson humoristique", comme l'a décrite le maestro Sorozabal, est l'une des plus appréciées du répertoire pour voix de basse. Pour la première fois interprétée par ERAGIYOK, elle a mérité la plus longue ovation de la soirée.

Enfin, ce fut le tour de Karnaba. Le groupe d'Errenteria a combiné des œuvres contemporaines comme Ezpondan et Axuri beltza avec de grands classiques comme Oh, Pepita.

Otxotes et public ont fini par chanter Agur, jaunak à l'unisson. Une broche en or pour la nuit au cours de laquelle les otxotes sont retournées à Cambo.

Eragiyok en Teatro Victoria Eugenia

Soutenez-nous !

Grâce à votre aide, nous continuerons à promouvoir et à diffuser notre musique et notre culture, en conservant le trésor que nos ancêtres nous ont laissé.

 

Devenez un/une AMI/E d'ERAGIYOK !

bottom of page